Acculturation et discrimination

Un symposium consacré au lien entre l’acculturation et le processus de discrimination est proposé dans le cadre du prochain Congrès International de Psychologie Sociale en Langue Française organisé par l’ADRIPS qui se déroulera à Porto du 1er au 4 juillet 2012 (http://www.adrips.org/colloques/porto/Porto/Accueil.html).

Les inégalités subies par les minorités et/ou groupes dominés dans les sociétés contemporaines, et les réflexions visant à les réduire, font l’objet d’un nombre de travaux grandissant en sciences humaines et sociales. La reconnaissance des discriminations liées à l’origine remet en question les dispositifs d’intégration, quand ils existent, et interrogent par conséquent l’acculturation, en tant que « processus de changement bidirectionnel qui se produit lorsque deux groupes ethnoculturels se trouvent en contact soutenu l’un avec l’autre » (Graves, 1967).

Dans le cadre de ce symposium quatre communications développeront ce point de vue sous des angles complémentaires :

1) Nicole Carignan, Rana Sioufi & Richard Bourhis (Université du Québec à Montréal) : Efficacité d’une formation interculturelle sur les attitudes ethniques et l’acculturation au Québec.

2) Anne Taillandier *, René Mokounkolo * & Christelle Maisonneuve ** (* Université de Tours ; ** Université de Rennes 1) : Attitudes à l’égard des politiques de discrimination positive dans le recrutement : impact des orientations d’acculturation.

3) Pierre De Oliveira*, Rodolphe Kamiejski**, Serge Guimond** & Elodie Roebroeck** (*Université de Bourgogne, Dijon ; ** Clermont université, Université Blaise Pascal) : Réactions aux stratégies d’acculturation : le rôle modérateur des orientations idéologiques.

4) Anne Lorraine Wagner, Pascal Tisserant & David Bourguignon (Université de Lorraine – Metz) : Application du modèle d’acculturation interactif à l’évaluation des relations intergroupes de genre.

Le programme détaillé du colloque est consultable à http://www.scientific-meeting.org/planning/index.php?id=13. Il présente plusieurs communications relevant de la GENDD consacrées aux stéréotypes, au genre et au sexisme, à l’orientation sexuelle et à l’homophobie ou encore au handicap. Ce programme propose les résumés de toutes les communications prévues durant ces trois journées, y compris celles du symposium consacré au lien entre acculturation et discrimination programmé le mardi matin.

La diversité, l’égalité et la non-discrimination dans l’enseignement supérieur

En réponse à la multiplication de lois, décrets, créations d’organismes et de labels liés aux questions d’égalité, de diversité et de lutte contre les discriminations qui a marqué cette dernière décennie, Isabelle Barth et Christophe Falcoz se sont interrogés, à la demande de la HALDE, sur la prise en compte de ces évolutions au sein du système éducatif.

Plus précisément, ils se sont intéressés à la formation des futurs managers inscrits dans des cursus de Masters 2, de Masters spécialisés, de certains MBA et d’autres troisièmes cycles formant des experts en Ressources Humaines.

Les résultats de cette enquête par questionnaires et par entretiens auprès de responsables de formations mettent en évidence « un intérêt globalement faible, voire inexistant, de la communauté éducative avec une rationalisation sur le mode de l’évidence : les thèmes dEDD sont « partout » ; pourquoi en faire un sujet en soi ? ».

Dans le prolongement de ces travaux, nous souhaitons identifier la prise en compte de ces préoccupations dans toutes les disciplines et à tous les niveaux de l’enseignement supérieur et réalisons actuellement une enquête par questionnaire en ligne sur ces questions.

Si vous êtes enseignant ou enseignant-chercheur dans le supérieur, vous pouvez participer à cette étude en cliquant sur le lien, quelle que soit la discipline que vous enseignez.
Nous vous garantissons l’anonymat dans le traitement des données.
La passation dure environ 5 minutes et les résultats seront communiqués sur ce site en septembre 2012.

Merci par avance pour votre participation !

Stéréotypes, préjugés et discriminations

Psychopium est un site qui s’est donné pour objectif de « diffuser l’actualité en psychologie ». Il recense un très grand nombre d’articles vulgarisés francophones et anglophones,  dont certains portent sur les notions de stéréotypes, préjugés et discriminations.

Une revue de tous les liens concernant les stéréotypes, préjugés et discriminations liés à la race a récemment été publiée. Des pistes sont évoquées à propos des causes et conséquences du racisme, ainsi que des façons de l’enrayer, avec des résultats parfois surprenants…

La gestion de la diversité au Luxembourg

La question de la diversité se situe au cœur des problématiques actuelles de management. Bien plus qu’un simple effet de mode, elle participe d’une préoccupation des organisations de satisfaire d’abord une obligation légale. Le glissement sémantique de la notion de non discrimination à la notion de management de la diversité marque également la volonté de faire de celle-ci une occasion de pratiques managériales positives. On pourrait cependant s’interroger sur l’authenticité des discours et l’effectivité de leur mise en œuvre (Barth, 2007). En effet, l’existence d’un arsenal juridique de lutte contre les discriminations et de promotion des pratiques d’égalité ne suffit sans doute  pas à développer de bonnes pratiques de « gestion de la diversité » dans les entreprises si un important travail de sensibilisation des personnes n’est pas entrepris en complément.

Le Luxembourg, qui se caractérise à la fois par une économie florissante et une diversité culturelle importante, constitue un exemple relativement intéressant de cette problématique. Au vu des caractéristiques du Luxembourg et de sa situation géographique qui fait que 44% des emplois sont occupés par des frontaliers, il peut paraître surprenant de constater une si faible prise de conscience des enjeux socio-économiques de la diversité, alors que la majorité des entreprises doit aller chercher sa main d’œuvre en dehors des frontières.

Peu d’entreprises luxembourgeoises ont aujourd’hui réalisé que la prévention des discriminations et la diversité ne se traduisent pas par des actions isolées mais participent de la stratégie globale de l’entreprise et contribuent à affirmer sa vision. Mais il faut également souligner que si de nombreuses entreprises sont désireuses d’avancer sur ces sujets, elles ne savent pas toujours comment faire. La mise en place d’une politique cohérente de gestion de la diversité conduit l’entreprise à définir sa propre vision de la diversité : souhaite-t-elle strictement respecter la législation de non-discrimination et d’égalité de traitement ? Souhaite-t-elle également valoriser les spécificités de chacun pour en tirer profit dans le cadre d’une approche de type business case ? Ou s’agit-il finalement pour l’entreprise de devenir un lieu où chacun trouve sa place, quelles que soient ses caractéristiques identitaires ? Autant de questions qu’il conviendrait de l’aider à résoudre par l’information, la sensibilisation, la formation et l’accompagnement.

En somme, ce qu’il est permis d’affirmer au travers de l’exemple du Luxembourg, c’est que la présence d’une importante diversité culturelle, l’existence d’un arsenal juridique conséquent et d’acteurs impliqués, ne suffit pas pour encourager les entreprises à développer des pratiques de gestion de la diversité. Tout cela doit être accompagné par d’autres dispositifs notamment en ce qui concerne la sensibilisation aux réalités et aux enjeux de la diversité. Une approche par les outils de gestion ne suffira pas non plus à changer les choses efficacement et en profondeur si parallèlement l’action ne porte pas également sur les stéréotypes et préjugés, notions qui sont intimement liées à celle de discrimination (Légal et Delouvée, 2008). Ceci est autant valable pour les entreprises que pour la société luxembourgeoise dans son ensemble pourtant caractérisée par un calme apparent dans la cohabitation des différences à l’intérieur d’un écrin économique doré.

La demande croissante de compétences spécifiques en matière de gestion de la diversité voit se mettre progressivement en place des actions de formation et de sensibilisation sur la place luxembourgeoise. L’ouverture du Diplôme d’Université en Gestion de l’Egalité de la Non Discrimination et de la Diversité (DU GENDD) dans le cadre d’un partenariat entre l’Université Paul Verlaine – Metz et la Chambre des Salariés du Luxembourg en atteste. Cette expérience devrait permettre d’envisager des recherches complémentaires sur l’évolution des pratiques de gestion de la diversité dans les entreprises du Luxembourg.

Les Rencontres Internationales de la Diversité

Ce projet, né en 2004, par la volonté du professeur Jean-Marie PERETTI, a pour objectif de déterminer les enjeux de la « diversité », dans l’entreprise, les organisations et la société.

Le constat que les organisations doivent impérativement prendre en compte la diversité physique, des âges, des qualifications, du genre, des nationalités et des origines s’est imposé ces dernières années à la communauté scientifique. La responsabilité sociale de l’entreprise et la notion de triple performance, économique, sociale et environnementale ont renforcé l’importance des travaux sur la diversité. Afin de pouvoir apporter des éléments de réponses et de nouvelles pistes de réflexion sur ce thème contemporain, il était important de créer un espace de réflexion et de débats qui regroupent des enseignants-chercheurs, des responsables associatifs, politiques, économiques, syndicaux et des dirigeants d’entreprises du monde entier. C’est ainsi que les « premières rencontres internationales de la diversité » sur le thème des « défis de la diversité » ont vu le jour les 6-7-8 octobre 2005 à l’Université de Corse. Aujourd’hui la huitième édition de ce colloque est en préparation et s’impose d’année en année comme le rendez-vous international dédié à la « diversité ».

Les organisateurs des rencontres :

  • L’Association « Les défis de la Diversité », a été créée en 2005 dans le but d’organiser les « Premières Rencontres Internationales de la Diversité ». Son président est le professeur émérite Jacques ORSONI, directeur honoraire de l’IAE de Corse.
  • CPIE A Rinascita est une association loi 1901 qui a été fondée en Mai 1975, par Mr Antoine Feracci. Labellisée Centre Permanent d’Initiatives pour l’Environnement Corte-Centre Corse depuis juin 2007, ses objectifs principaux sont de protéger, d’animer, de former, de restaurer, d’informer et d’aider la ville de Corte et ses environs.

Les 8èmes Rencontres Internationales de la Diversité permettront de mesurer les progrès et de connaître les meilleures politiques et pratiques, ou toutes les innovations actuelles dans ce domaine. Le thème abordé sera : « Diversité(s), RSE et Solidarité ». Pour la première fois depuis 7 ans « Les rencontres Internationales de la Diversité » se délocalisent. La manifestation se déroulera le 28 et 29 septembre 2012 à ESSAOUIRA au Maroc.

Retrouvez toutes les informations utiles en suivant ce lien.