Réactions à l’égard du port du voile islamique aux Etats-Unis

abc_wwyd_muslim_100806_wg

La chaine de télévision américaine ABC a réalisé une expérience afin d’observer les réactions des clients d’une boulangerie face à une situation de discrimination subie par une femme portant un hidjab : http://www.youtube.com/watch?v=jfHL4AZtS58

Dans cette vidéo disponible sur « You Tube », extraite de l’émission « What would you do ? », un comédien joue le rôle d’un propriétaire d’une boulangerie située à Waco au Texas, qui refuse de servir une compère jouant le rôle d’une cliente portant le hidjab. La scène, filmée en caméra cachée, rend compte de la réaction des clients de ce magasin qui assistent aux propos explicitement discriminatoires du propriétaire, debout derrière son comptoir : « non, nous ne servons pas les Musulmans ici  (…) vous êtes une terroriste (…) retourne d’où tu viens sur ton chameau (…) vous n’êtes pas une américaine… ». John Dovidio, professeur en psychologie sociale à l’Université de Yale, commente les réactions des clients : le sentiment de menace en présence de Musulmans et la méconnaissance des minorités justifient le comportement de ces Américains qui approuvent ouvertement l’attitude du commerçant ; à l’opposé, les sentiments de justice et d’équité expliquent chez un plus grand nombre, leur comportement de résistance à la situation discriminatoire à laquelle ils se trouvent associés en tant que témoin . Cependant, ces deux types de réaction sont les moins fréquents car la majorité des clients de cette journée d’expérimentation n’a pas réagi aux propos injurieux et discriminatoires; dans la plupart des cas, ils ont assisté à la scène, laissant le propriétaire du magasin agir, sans rien dire. Et vous, qu’auriez-vous fait  dans votre boulangerie , face à une telle situation?

La promotion 2010-2011 du DU GENDD à Metz

La première promotion du DU GENDD s’est achevée en décembre 2011 avec la soutenance des mémoires professionnels.

Les onze premiers participants-es provenaient de secteurs d’activités différents (formation & insertion ; développement local et territorial ; entreprise et GRH) source d’un enrichissement important tout au long de cette année de formation. Ils (elles) occupaient des fonctions variées (direction de structure ; chargé de projets/d’études ; conseil et coordination) dans le grand quart nord-est de la France (Alsace, Bourgogne, Franche-Comté, Lorraine et Région parisienne) et avaient des projets d’intervention en GENDD à l’étranger (Italie et Luxembourg) pour deux d’entre eux. Certains-es sont venus-es chercher dans cette formation une professionnalité, une légitimité, pour intervenir sur ces questions au sein de leur structure, d’autres étaient en attente d’une ouverture complémentaire à leur champ d’expériences qu’ils (elles) ont pu satisfaire grâce à ce programme riche et varié.

Cette première promotion a suivi avec intérêt ces 120 heures de formation données par vingt quatre intervenants-es, douze universitaires, belges, canadiens et français (juristes, gestionnaires, sociologues et psychologues sociaux) et douze praticiens-nes en GENDD (provenant notamment de l’ACSE, l’AFMD, FACE ou encore la HALDE). Deux tables rondes ont réuni, d’une part des acteurs du monde de l’entreprise (DRH, syndicats et organisations patronales) et, d’autre part, d’institutions Belges et Luxembourgeoises luttant contre les discriminations (Institut pour l’égalité des femmes et des hommes, le centre pour l’égalité des chances et la lutte contre le racisme et le centre pour l’égalité de Traitement). L’aboutissement de cet investissement s’est révélé au travers des mémoires professionnels qui analysaient des dispositifs visant à réduire les préjugés et la discrimination (par exemple à l’école) ou étudiaient le développement de politiques en GENDD dans différentes structures en France et à l’étranger (par exemple en mission locale ou encore au sein d’un grand groupe hôtelier).