Les cadres de la fonction publique se forment à la non discrimination

Comme sa grande sœur l’ENA, l’IRA, Institut régional d’administration, dispense une formation professionnelle, post-universitaire et  interministérielle aux futurs cadres de l’État afin qu’ils soient en mesure d’exercer différents métiers quelle que soit leur administration d’affectation. L’IRA de Metz accueille des fonctionnaires déjà en poste dans le cadre de la formation continue leur permettant ainsi de se perfectionner à tout moment de leur carrière.

Pour la 4è année, l’IRA propose une journée de sensibilisation sur le thème de la discrimination à destination des élèves en formation initiale et des fonctionnaires en poste dans les services de l’Etat.

La promotion de l’égalité de traitement et de l’égalité des chances est un objectif que la fonction publique se fixe, conformément aux exigences de promotion sociale, d’intégration et de cohésion par le travail, de manière à être plus représentative de la société qu’elle sert.

Cette journée d’information doit permettre aux participants

  • de prendre la mesure des écarts qui peuvent exister en dépit des intentions et des principes dans l’action de l’administration,
  • d’avoir des précisions sur la réglementation,
  • de mieux connaître les politiques publiques en la matière et les institutions qui les portent,
  • d’avoir des témoignages sur les bonnes pratiques mises en œuvre dans la fonction publique.

Programme de la journée du 24 avril 2012 :

Animation de la journée par Monsieur Guy Chapron (Défenseur des droits)

9h00 : ouverture du colloque

9h15 : le concept de discrimination

Intervention de l’IGPDE

9h45 : définition des concepts et termes utilisés en matière de discrimination

Intervention de Marie Lambert, psychosociologue de l’association AROFE (Recherches-Observatoires-Formations-Enseignement)

11h00 : le défenseur des droits et son rôle dans la lutte contre les discriminations

Intervention de Guy Chapron, délégué interrégional – Défenseur des droits

12h15 : pause déjeuner

14h15 : les processus discriminants

Intervention de Pascal Tisserant, maître de conférences au département de psychologie de l’université de Lorraine – Metz

Projection d’un film

15h30 : actualités de la fonction publique française en matière de lutte contre les discriminations

Intervention de Véronique Poinssot, chargée de mission égalité des chances à la DGAFP

Informations et inscription obligatoire auprès de Marie-Laure Durand, directrice de la formation continue et des coopérations. tél : 03 87 75 93 21 ; Courriel : fpci@ira-metz.gouv.fr

La gestion de la diversité au Luxembourg

La question de la diversité se situe au cœur des problématiques actuelles de management. Bien plus qu’un simple effet de mode, elle participe d’une préoccupation des organisations de satisfaire d’abord une obligation légale. Le glissement sémantique de la notion de non discrimination à la notion de management de la diversité marque également la volonté de faire de celle-ci une occasion de pratiques managériales positives. On pourrait cependant s’interroger sur l’authenticité des discours et l’effectivité de leur mise en œuvre (Barth, 2007). En effet, l’existence d’un arsenal juridique de lutte contre les discriminations et de promotion des pratiques d’égalité ne suffit sans doute  pas à développer de bonnes pratiques de « gestion de la diversité » dans les entreprises si un important travail de sensibilisation des personnes n’est pas entrepris en complément.

Le Luxembourg, qui se caractérise à la fois par une économie florissante et une diversité culturelle importante, constitue un exemple relativement intéressant de cette problématique. Au vu des caractéristiques du Luxembourg et de sa situation géographique qui fait que 44% des emplois sont occupés par des frontaliers, il peut paraître surprenant de constater une si faible prise de conscience des enjeux socio-économiques de la diversité, alors que la majorité des entreprises doit aller chercher sa main d’œuvre en dehors des frontières.

Peu d’entreprises luxembourgeoises ont aujourd’hui réalisé que la prévention des discriminations et la diversité ne se traduisent pas par des actions isolées mais participent de la stratégie globale de l’entreprise et contribuent à affirmer sa vision. Mais il faut également souligner que si de nombreuses entreprises sont désireuses d’avancer sur ces sujets, elles ne savent pas toujours comment faire. La mise en place d’une politique cohérente de gestion de la diversité conduit l’entreprise à définir sa propre vision de la diversité : souhaite-t-elle strictement respecter la législation de non-discrimination et d’égalité de traitement ? Souhaite-t-elle également valoriser les spécificités de chacun pour en tirer profit dans le cadre d’une approche de type business case ? Ou s’agit-il finalement pour l’entreprise de devenir un lieu où chacun trouve sa place, quelles que soient ses caractéristiques identitaires ? Autant de questions qu’il conviendrait de l’aider à résoudre par l’information, la sensibilisation, la formation et l’accompagnement.

En somme, ce qu’il est permis d’affirmer au travers de l’exemple du Luxembourg, c’est que la présence d’une importante diversité culturelle, l’existence d’un arsenal juridique conséquent et d’acteurs impliqués, ne suffit pas pour encourager les entreprises à développer des pratiques de gestion de la diversité. Tout cela doit être accompagné par d’autres dispositifs notamment en ce qui concerne la sensibilisation aux réalités et aux enjeux de la diversité. Une approche par les outils de gestion ne suffira pas non plus à changer les choses efficacement et en profondeur si parallèlement l’action ne porte pas également sur les stéréotypes et préjugés, notions qui sont intimement liées à celle de discrimination (Légal et Delouvée, 2008). Ceci est autant valable pour les entreprises que pour la société luxembourgeoise dans son ensemble pourtant caractérisée par un calme apparent dans la cohabitation des différences à l’intérieur d’un écrin économique doré.

La demande croissante de compétences spécifiques en matière de gestion de la diversité voit se mettre progressivement en place des actions de formation et de sensibilisation sur la place luxembourgeoise. L’ouverture du Diplôme d’Université en Gestion de l’Egalité de la Non Discrimination et de la Diversité (DU GENDD) dans le cadre d’un partenariat entre l’Université Paul Verlaine – Metz et la Chambre des Salariés du Luxembourg en atteste. Cette expérience devrait permettre d’envisager des recherches complémentaires sur l’évolution des pratiques de gestion de la diversité dans les entreprises du Luxembourg.